Calme plat, pas de visibilité, garder l’équipage sain et sauf

Billets du management : novembre 2014

Brume-Seenebel @ miketJe me souviens d’un retour de Guernesey en voilier : pas de vent, une brume à couper au couteau et, faute de GPS, une navigation « à l’estime ». Les courants nous portaient vers un plateau rocheux qui découvrait à marée basse. Une nuit en mer en perspective. Pour économiser l’essence et nous dégager au renversement de marée, le skipper décida de ne pas mettre le moteur. Certains membres de l’équipage paniquaient, d’autres s’isolaient dans le silence et le capitaine, n’ayant qu’un objectif, ramener son équipage sain et sauf, donna à chaque équipier son rôle, de façon très précise. Il rejoignit chacun lors de son quart de nuit. L’arrivée dans la brume au petit matin, dans un port proche de celui prévu, fut un grand moment pour l’équipage…

Que retenir de cette métaphore ?

Dans un environnement économique perturbé, les responsables manquent de visibilité, à cela s’ajoute, bien souvent, une absence de moyen. Difficile de garder des équipes motivées et soudées.

Dans ce contexte, le manager accepte de diminuer ses attentes et privilégie le maintien des compétences de ses collaborateurs.

Pour cela, il :

  • évalue les risques en lien avec les ressources disponibles,
  • décide d’une stratégie puis, sans échanges inutiles, définit les rôles et les objectifs de chacun,
  • est présent sur le terrain, dialogue lors de rencontres individuelles, rassure par sa présence,

ainsi l’équipe conserve sa capacité à fonctionner ensemble.

Alors bon vent !

 

Publié par Marie-Laure VOISARD en novembre 2014 dans Billets du management

Vous avez aimé... partagez :

Partager sur Tweeter
Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin
Partager sur Scoop it!

Ces articles peuvent vous intéresser

Laisser un commentaire