La perfection tue l’action

Billets du management : juillet 2013

La perfectionUne forte exigence, que certains appellent du perfectionnisme, empêche souvent de passer à l’acte. Vouloir être parfait risque de nous mettre dans le  « tout, tout de suite » ou le  « tout ou rien ».

Pour apprendre à marcher, un enfant essaie de se mettre debout, vacille, tombe, se lève, fait un pas puis, trébuche et retombe. Il se relève, encouragé ou non, par ceux qui l’entourent. Son but… courir sans aide !

Combien travaillent jusqu’à point d’heure, seuls, pour rendre une « copie complète » alors qu’une trame structurée offrira la possibilité d’être enrichie, peu à peu, par tous.

Combien de managers ont des idées pertinentes ou originales qu’ils ne mettent pas en action par peur des remarques, voire des reproches qu’ils ne supporteraient pas. Leur incapacité à visualiser les étapes nécessaires à l’atteinte du résultat les bloque.

Chaque pas prépare le suivant… La perfection tue l’action.

Publié par Amvoilure en juillet 2013 dans Billets du management

Vous avez aimé... partagez :

Partager sur Tweeter
Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin
Partager sur Scoop it!

Ces articles peuvent vous intéresser

4 commentaires : “La perfection tue l’action”

  1. Jean-Philippe Déranlot

    10 juillet 2013

    Merci Marie-Laure & Dominique pour ce rappel.

    Dans notre culture (française) nous avons aussi pris la détestable attitude, dès notre enfance (à l’école), de nous moquer de celui qui ne sait pas ou qui fait une erreur. Au point qu’adulte, quand on participe à une réunion, si on ne comprend pas un mot utilisé par un des intervenants on n’ose pas poser la question « pourriez-vous m’expliquer ce mot ». Résultat, on s’auto-handicape. A l’inverse, dans la culture américaine, on respecte celui qui pose une question. Alors apprenons à nos enfants à ne pas se moquer de celui qui ne sait pas et recommandons leur d’aider celui qui fait une erreur, ils (et nous) contribueront à l’enrichissement collectif.

    Pour mémoire, voici un des bons principes de nos anciens : qui trop embrasse, mal étreint 😉

  2. Marie-Laure VOISARD et Dominique AMBLARD

    10 juillet 2013

    Merci Jean-Philippe d’élargir la réflexion à notre mode d’éducation.

  3. Philippe Coiffard

    10 juillet 2013

    La recherche de la perfection est bien souvent une excuse pour cacher une procrastination forcenée. En effet, dire sans arrêt « Demain sera mieux » est le meilleur moyen de repousser ad vitam aerternam la livraison d’un document, d’un produit, d’une mission, etc…

    En ce sens, la perfection n’est qu’un moyen déguisé pour taire son inaction, son incompétence, voire sa méconnaissance du sujet que l’on a traité. Alors que c’est si simple de dire « Je ne sais pas », donc je me renseigne, je questionne, pour reprendre l’antienne de Jean-Philippe, et, si les autres me prennent pour un sot, eh bien, tant pis pour eux !

    L’inaction est souvent la pire des choses… et bien des conservateurs s’en font une doctrine, proclamant haut et fort, que « demain on verra ce qu’on verra », mais c’est encore et toujours demain.

  4. Marie-Laure VOISARD et Dominique AMBLARD

    11 juillet 2013

    Merci Philippe pour votre commentaire.
    Oser poser ses questions pour agir, cela parait simple et pourtant… nous avons tous des progrès à faire dans ce domaine.

Laisser un commentaire