La relation professionnelle avant le juridique

Réussir sa relation d’associés : février 2016

relation d'associés et le juridiqueLors de l’animation de divers ateliers qui ont pour thème « Réussir sa relation d’associés », la majorité des questions posées tournent autour de : « Comment se protéger juridiquement de son ou ses associés ? ».
Pourtant, s’associer c’est d’abord partager un projet business, des valeurs, des espoirs et une vision du monde que le juridique (avocats ou notaires) vient formaliser au plan « légal ». Les juristes apportent aux associés un cadre légal et les éclairent sur les conséquences juridiques de leurs choix dans un cadre réglementaire souvent complexe et changeant. La réponse juridique est la conséquence de la nature de la relation et pas l’inverse : il est nécessaire de construire la relation d’associés avant de la cadrer par le juridique.

La relation d’associés est liée à un projet commun

La relation professionnelle des futurs associés se construit en partageant chacun sa vision et compréhension du projet entrepreneurial puis la façon de le rendre opérationnel (besoin en compétences, organisation, type de structure, investisseurs…). Dans ces échanges, chacun est responsable de sa partie du lien. La nature et le niveau de l’engagement des partenaires révèlent la qualité de l’investissement personnel dans le projet commun.

La relation d’associés est une relation professionnelle

La particularité de la relation professionnelle se met en place dans la façon de commencer à aborder le projet entrepreneurial, de fixer les étapes et les priorités. La confiance se développe ou pas. La compatibilité entre les personnes se révèle ou pas. Les associés mettent-ils les mêmes réalités sous les mots ? La clarification entre les personnes développe et renforce le lien relationnel.

Le juridique officialise le projet

Une fois le projet construit et écrit, la mise en forme juridique a du sens. Bien sûr, elle ne protège pas de tout car toute relation humaine comporte des risques qu’un professionnel juriste pourra aider à identifier. Pérennité du projet commun (entreprise, cabinet libéral, commerce…); intérêts individuels des associés ; gestion de départ ou d’entrée des associés, arrivée d’investisseurs, façon de régler les désaccords, répartition des parts : les juristes conseillent et alertent. Attention, ils ne sont pas les dirigeants. C’est aux associés d’évaluer les risques, avec leurs conseils, puis à s’accorder sur la façon de les aborder.

Un signal d’alerte fort

A partir du moment où l’on brandit son contrat ou son pacte d’associés dans une relation, c’est qu’elle est en difficulté. Oser s’expliquer manifeste la maturité relationnelle des associés. Introduire la loi dans une relation montre qu’on change de niveau, qu’on est à bout d’arguments et que la fluidité et la confiance se lézardent.

Il est donc indispensable de s’approprier réellement les différents points identifiés et de ne pas se contenter de recopier des contrats ou des pactes d’associés : la réflexion se fait pour tous afin d’enrichir le lien entre les associés et de pouvoir partager sereinement la belle aventure de l’association !

 

Publié par Marie-Laure VOISARD en février 2016 dans Réussir sa relation d’associés

Vous avez aimé... partagez :

Partager sur Tweeter
Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin
Partager sur Scoop it!

Laisser un commentaire