Les projets, le vent, le mouvement

Billets du management : juillet 2016

13770423_301909370144421_3043647229107796091_nLa réunion de lancement d’un projet définit objectifs, périmètre, étapes et budget. Les projets évoluent sans qu’on ait toujours pu le prévoir au démarrage (complexité, multiple organisations à agréger, nouvelles possibilités technologiques non expérimentées, mutation des organisations et des métiers…). Des parties du projet sont alors abandonnées, transformées. D’autres peuvent prendre une ampleur plus importante que prévue selon l’urgence, des étapes non imaginées apparaissent. Les ressources allouées sont modifiées avec décalage ce qui augmente les difficultés.

La gestion des incertitudes prend parfois le pas sur la mise en œuvre. Pour contribuer à ce projet en mouvement, poussé par le vent d’un changement nécessaire, les acteurs se repositionnent, cherchent du sens, s’adaptent pour s’ouvrir à d’autres possibles. C’est douloureux ou difficile parfois.

Transat dans un fauteuil* n’échappe pas à la règle. Fort du succès de la collecte du budget, sont apparues des opportunités de développer la notoriété de ce projet solidaire. Elles sont poussées par un leader pris par l’urgence du temps qui passe et la spécificité de ce projet exceptionnel. Les équipiers sont soumis à un vent puissant.

Et vous, comment vivez-vous l’incertitude du vent qui pousse vos projets dans d’autres directions ?

*(cf les précédents billets du management)

Publié par Marie-Laure VOISARD en juillet 2016 dans Billets du management

Vous avez aimé... partagez :

Partager sur Tweeter
Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin
Partager sur Scoop it!

2 commentaires : “Les projets, le vent, le mouvement”

  1. Devienne

    11 août 2016

    Marie-Laure, pour rester dans la métaphore nautique, à la réponse de savoir comment l’on vit l’incertitude du vent qui pousse nos projets dans d’autres directions, j’aurais envie de répondre :
    – contre vents et marées, d’une part;
    – avec l’objectif d’avoir le vent en poupe, d’autre part.
    – en luttant contre, nous sommes dans le creux de la vague, enfin.

    Emilie

  2. Marie-Laure Voisard

    15 août 2016

    Merci Émilie pour la jolie et très pertinente métaphore marine.
    Pour éviter de boire la tasse ou de chavirer, garder sa voile gonflée en s’ajustant au vent en permanence.

Laisser un commentaire