Quand la bise fut venue…

Billets du management : décembre 2012

« La cigale ayant chanté tout l’été se trouva fort dépourvue, quand la bise fut venue… »

Scènes de la vie quotidienne en entreprise :

Brigitte s’exclame : « Si je tenais l’imbécile qui a inventé la bise je lui tordrais le coup… ». Marie-Claire renchérit : « TuGirafe as raison, c’est lourd, en plus j’en connais dont le contact physique m’indispose. Entre ceux qui piquent ou qui ont une mauvaise haleine, c’est vraiment … ». François l’interrompt : « Oui mais tu n’as pas le choix, si tu n’obéis pas à ce rituel, tu passes pour hautain voire méprisant vis-à-vis de l’autre. J’ai souvenir, qu’autrefois, un simple bonjour avec une poignée de main ou même un hochement de tête suffisait ». Matthieu, d’un ton malicieux, glisse : « Moi, j’aime bien, surtout quand j’embrasse Isabelle, j’adore son parfum et sa peau est si douce… ». « J’ai trouvé la parade », clame fièrement Jean-Marc, « dès que je vois quelqu’un que je ne n’aime pas, j’accélère l’allure et je prends l’air préoccupé en lançant un simple bonjour ». « Allez, il faut que j’y aille, bon week-end, à lundi », lance Romain et tout le monde s’embrasse, y compris entre hommes.

À l’heure de l’omniprésence de la communication à distance, le tactile ne prendrait-il pas sa revanche ?

En ces temps de bise ou de bises, le débat reste ouvert.

Publié par Amvoilure en décembre 2012 dans Billets du management

Vous avez aimé... partagez :

Partager sur Tweeter
Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin
Partager sur Scoop it!

Ces articles peuvent vous intéresser

2 commentaires : “Quand la bise fut venue…”

  1. Etienne Pluvinage

    18 décembre 2012

    Chacun fait, fait, fait, c’qui lui plaît, plaît, plaît…
    Et si comme les romains, « bise repetita placent », allez-y !
    En revanche, si « non placent », dites-le simplement

  2. marie-laure

    13 mai 2013

    Merci Etienne pour cette jolie réponse en chanson et en citation latine… qui élève le débat !

Laisser un commentaire