Régler les problèmes entre associés avant l’accueil des nouveaux

Réussir sa relation d’associés : avril 2013

apurer_passe_entre_associes_2Les tensions non réglées entre associés resurgiront, tôt ou tard. Les nouveaux associés doivent être vigilants avant de s’engager sinon ils risquent de subir les conséquences d’un passé dont ils n’ont pas les clés. La dynamique de la nouvelle association pourrait se gripper. Les tensions entre associés sont une information à prendre en compte au même titre que les autres (financier, secteur d’activité, commercial…) pour prendre sa décision.

Chloé, Dimitri et Maxime quittent leur agence de communication dans laquelle ils sont salariés pour s’associer avec Christelle et Sandrine, fondateurs-associés d’une SARL. Elles cherchent à diversifier leur activité. Tous les cinq se sont croisés et retrouvés sur différentes missions. Les trois nouveaux associés apportent leurs clients et une équipe de quatre personnes. La répartition des parts s’établit à 50/50 pour chaque équipe.

Le pacte d’associés permet de clarifier des points d’organisation, de répartition. Ils prennent beaucoup de temps à le rédiger avec un avocat. Ils se répartissent les rôles en prenant chacun une direction spécifique (RH, technique, création, évènements, administration/finance). L’agence compte maintenant 15 personnes entre les associés et les collaborateurs. Un équilibre des pouvoirs partagé tel est l’esprit qui les anime.

Pourtant, Sandrine conteste de plus en plus systématiquement, en réunion de direction, les décisions des autres associés et les échanges se terminent toujours en joutes verbales avec Chloé. Avant de s’associer, les trois nouveaux avaient bien perçu des tensions entre elles deux. Mais  ils avaient mis cela sur le compte d’une surcharge de travail et de la réorganisation de l’agence. Ils avaient même pensé que leur arrivée les apaiserait…. Or rien ne s’améliore. Les nouveaux associés sont spectateurs de désaccords dont ils ne comprennent pas l’origine ou qui ne les concernent pas. Les collaborateurs disent que « l’ambiance est lourde et que c’est difficile à gérer » pour eux. La belle dynamique créée par l’arrivée des nouveaux se défait. Sandrine commence à faire l’unanimité contre elle.

Enseignements à tirer de cette situation :

  • Un problème relationnel existant entre deux associés doit se régler avant d’élargir l’association Les nouveaux associés doivent prendre au sérieux tout problème relationnel existant entre les anciens associés. Sinon, comme c’est le cas ici, ils se retrouveront pris en otage d’une histoire qui ne les concerne pas et qu’ils n’ont pas à régler. Ces tensions pollueront la relation des associés même s’ils ne veulent pas entrer dans ce conflit.
  • Bien qu’il y ait un pacte d’associés, signé par tous, lorsque qu’un conflit n’est pas réglé entre deux personnes, tout est prétexte à un désaccord.
  • Eviter de parler d’un conflit le renforce.
  • Le conflit est chronophage par les conciliabules, les non-dits qui obsèdent, les colères refoulées et l’énergie bloquée.

Regard du coach :

Nier les tensions, la crise ou le conflit conduit à cristalliser ou enkyster les émotions. Le temps dans ce cas n’est pas un allié. Elles peuvent alors prendre une force, comme la vapeur retenue dans une cocotte minute, devenir incontrôlables et provoquer la rupture.
Associés et …Heureux ! Oser tout aborder pour durer page 166

Savoir se positionner si le bien commun est en danger

  • La fluidité de la relation d’associés garantie la capacité à développer ensemble une activité.
  • Les nouveaux devront se positionner clairement vis-à-vis des anciens. Les tensions passées polluent le quotidien et entachent le futur. Leur bien commun est en danger.
  • Ils pourront se faire aider par un médiateur.

Publié par Marie-Laure VOISARD en avril 2013 dans Réussir sa relation d’associés

Vous avez aimé... partagez :

Partager sur Tweeter
Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin
Partager sur Scoop it!

Ces articles peuvent vous intéresser

Laisser un commentaire