Un film : Dans les forêts de Sibérie de Safy Nebbou

Nos coups de coeur : juillet 2016

dans les forets de siberie« Je suis venu me rapprocher de ce que je ne connais pas : le froid, le silence, la solitude. En ville les minutes, les heures, les années nous échappent. Ici le temps se calme, je suis libre parce que mes jours le sont… »

Ces paroles prononcées en voix off dès le début du film nous mettent tout de suite dans l’intention de l’auteur et du réalisateur.

Connaitre ce qu’on ne connait pas, c’est une attitude, une posture qui donne sens à une vie, à une façon d’aborder les relations humaines qu’elles soient personnelles ou professionnelles. Se connaitre d’abord pour mieux connaitre l’autre. Se rencontrer soi pour mieux rencontrer l’autre qui nous renvoie à nous-même.

La tentation est grande pour beaucoup de sortir du monde auquel ils appartiennent. Une grande question que nous posent les ermites…Seul ou avec ? Ce qui m’a plu dans ce film c’est que se remplir de beauté, de nature, d’espace et avoir la capacité de survivre dans un environnement peu accueillant pour ne pas dire hostile, n’est pas une fin en soi. Quitter le monde pour se recentrer, se ressourcer mais le rejoindre pour y faire sa part. C’est pour moi la philosophie de ce film.

Des images magnifiques, une lumière, un jeu d’acteur juste, la musique d’Ibrahim Maalouf sobre laissant de longues plages de silence, si rares dans un film. J’ai apprécié la façon dont le réalisateur nous fait ressentir la solitude en nous montrant le personnage principal organiser sa vie solitaire, cuisiner, lire, écrire, se recroqueviller dans son lit pendant la tempête de neige… Nous le voyons sortir de sa zone de confort, peu à peu, élargir son espace pour aller de plus en plus loin autour de sa petite maison, se laisser apprivoiser par la nature. Et pourtant, l’homme semble si petit, si négligeable devant les forces en présence : le lac gelé, la tempête, la fonte des neiges…

Je n’ai pas lu le livre autobiographique de Sylvain Tesson – paru en 2011 et Prix Médicis – dont est inspirée cette histoire. Je vais le lire durant cet été et vous recommande de voir ce film sur grand écran, afin de recevoir une grande bouffée d’espace qui invite à une réflexion profonde et à changer de regard pour élargir nos possibles.

Film sorti en juin 2016 – Avec Raphaël Personnaz, Evgueni Sidikhine

Si vous souhaitez nous faire part de vos coups de cœur, vos contributions sont les bienvenues.

Publié par Marie-Laure VOISARD en juillet 2016 dans Nos coups de coeur

Vous avez aimé... partagez :

Partager sur Tweeter
Partager sur Facebook
Partager sur Linkedin
Partager sur Scoop it!

Laisser un commentaire